Retour

Pougnadoresse et ses églises

Avant 1678, les catholiques de Pougnadoresse allaient à la messe de Saint Jean d'Orgerolles. Cette église est située sur la crête rocheuse entre Pougnadoresse et La Bastide d’Engras, mais plus près de ce dernier village. A cause de l'éloignement, l'évêque d'Uzès permit en 1678, aux paroissiens de La Bastide et de Pougnadoresse, de construire une chapelle dans leurs agglomérations respectives; mais "à condition qu'elles soient fermées les quatre bonnes fêtes de l'année et le jour du patron pour faire leurs dévotions en la dite église de Saint Jean" qui demeurait toujours leur église paroissiale. Il leur enjoignit en conséquence de l'entretenir. Pougnadoresse devait participer pour un tiers dans les dépenses.

La vieille église et l'ancien cimetière

Il parait impossible de fixer l'origine de cette petite église dédiée à Saint Michel. Située à quelques pas de l'entrée du château, elle fut d'abord la chapelle du château. En 1678, à la suite de l'autorisation donnée par l'évêque d'Uzès, de construire une chapelle à Pougnadoresse, elle fut donnée au village pour en faire son église. Devenue très vite trop exiguë, elle fut agrandie en 1688.

L’église actuelle

En 1861, une nouvelle église de style ogival fut construite. L'architecte fut M. Revoil. Les dépenses s'élevèrent à 13 000 Francs. Dès 1868, on dût agrandir l'église d'une travée, de la tribune et de la deuxième sacristie, coût 5 000 Francs. Elle devient alors officiellement l’église du village jusque là elle n'était qu'une annexe du Pin.
Le premier clocher fut construit en 1873 et le deuxième en 1876.

 

1918

1959

2008

Saint Jean d'Orgerolles

Poème écrit par Fernand CHARRIER

La vieille église de Saint Jean
Sur sa colline dénudée
Bravant les gens, bravant le temps
Semble veiller sur la vallée

Pour moi poète son mystère
Ajoute encore à sa beauté
J'interroge les vieilles pierres
Bientôt je les entends parler

Leur voix n'est pas toujours la même
Grand vent d'hiver, zéphyr d'été
Me redisent le long poème
Qu'ont écrit les siècles écoulés

Avec les bruits de la nature
J'ai refait un Noël d'antan
Un peu de neige pour parure
Rendait le site plus charmant

Assis au fond de l'édifice
Les yeux fixant le chœur roman
J'ai entendu chanter l'office
C'était profond et émouvant
 
Puis le curé monta en chaire
Pour le sermon je le revois
J'entends encore son ton sévère
Lorsque de l'église il parla

"Mes biens chers frères, au nom de Dieu
De cet enfant qui vient de naître,
Ne profanez jamais ce lieu
Empêchez le de disparaître

Je vous le demande humblement"

Alléluia chantait le vent
Et le hibou "Paix sur la terre"
Essayons de sauver Saint Jean,
Disaient les gens

Au nom du père !